GR GR Toiture and co

GR GR Toiture & Co 

« Tout est réalisable »

Palais Royal, Ambassade d’Autriche, Château du Roeulx ou encore Château de Seneffe : Grégory Graci, fondateur de GR GR Toiture, a développé ses compétences pour apporter son savoir-faire aux plus beaux ouvrages de Belgique. Rencontre. 

Graci Gregory

À 8 ans, Grégory Graci passait déjà plus de temps sur les toits qu’au sol. Car chez les Graci, l’art de la confection de toits sur mesure se transmet de père en fils. « Je me souviens, lorsque j’étais avec mon grand-père sur un chantier, ma grand-mère nous apportait nos repas chauds sur le temps de midi, qu’on mangeait sur les corniches, les pieds dans le vide », raconte Grégory.

Un art perfectionné tous les ans

Avec plus de 30 ans d’expérience à seulement 43 ans, le Nivellois a effectué de nombreuses formations pour être non seulement ardoisier-zingueur mais aussi menuisier-ébéniste et charpentier-coffreur.

Cette dernière spécialité, il la doit à son papa Gaëtan, qu’il ne remerciera jamais assez pour lui avoir enseigné des techniques rigoureuses et précises. Grégory a également travaillé 5 ans avec son frère Geoffrey, avec lequel il cogérait l’entreprise générale de construction G-Line Construct. 

Vous l’aurez compris, dans toute la famille, oncles et cousins compris, la toiture n’a plus de secrets pour les Graci. Mais cela n’empêche pas ces artisans – « un ardoisier est forcément couvreur mais l’inverse n’est pas toujours vrai », rappelle Grégory – de se former quasiment chaque année pour maîtriser les dernières manipulations liées aux différents métiers. D’ailleurs, aujourd’hui, l’un des plus grands souhaits de Grégory est de transmettre ce savoir-faire à de jeunes talents.

Soif de défi

En attendant, avec sa petite entreprise GR GR Toiture qu’il a pu lancer récemment, Grégory vise des tâches aux degrés d’exigence élevés : « Pour un beau chantier, j’irais n’importe où en Belgique ». Ceci témoigne de la passion de Grégory, qui ne fait jamais passer le suivi du client au second plan : « Le suivi se fait avant, pendant et après. Et je ne laisserai jamais un client dans l’embarras. En cas de problème, je suis prêt à me déplacer de jour comme de nuit », nous a-t-il confié.

Une chose est sûre : avoir participé aux rénovations du Palais Royal, de l’Ambassade d’Autriche située avenue Louise, du Château du Roeulx ou encore du Château de Seneffe, entre autres, ne lui a pas donné la grosse tête. Au contraire, ces expériences, « hyper-enrichissantes » (selon ses propres termes), desquelles il garde toujours un souvenir ému, lui ont donné faim de défis : « Tout est réalisable. Au plus les demandes sont compliquées, au plus je m’amuse », aime raconter Grégory Graci.

Par Maxime Pasture

Retour haut de page