JM Brabant, expert automobile – L’art d’évaluer les trésors

A l’âge où l’on profite normalement d’une retraite bien méritée, Jean-Michel Brabant n’a jamais été aussi occupé ! Et pour cause, il a acquis au fil de sa carrière d’expert automobile une connaissance aigüe d’un domaine, devenu sa spécialité et qui, on le sait, a aujourd’hui le vent poupe : l’automobile de collection et de prestige.

« C’est un aspect de mon métier que j’adore », explique-t-il. « Contrairement à l’expertise classique qui fait suite à un sinistre, je ne rencontre que des gens heureux, profondément passionnés par les voitures qu’ils me demandent d’évaluer. Je ne fais que de très belles rencontres, et c’est un monde où la surprise est permanente. On n’imagine pas à quel point la Belgique regorge de trésors automobiles. Et on les trouve parfois dans des endroits absolument inattendus. »

Voici pourquoi faire appel à un expert 

Jean-Michel nous explique qu’il y a deux situations dans lesquelles il est particulièrement important de faire appel à un expert. D’abord, au moment de faire assurer une voiture. Car la prime dépendra bien sûr de la valeur de l’objet à assurer. Dans le cas d’une automobile vraiment exceptionnelle, il est évidemment crucial que sa valeur soit entièrement couverte en cas de (on ose à peine l’écrire) destruction, lors d’un incendie ou d’une catastrophe naturelle par exemple. Mais M. Brabant donne aussi l’exemple d’un très beau Youngtimer, dont la juste évaluation peut à l’inverse réduire la prime d’assurance.

Autre cas de figure : vous venez de dénicher la voiture que vous convoitez depuis longtemps. M. Brabant peut vous accompagner pour l’inspecter. Il jugera de son état d’origine ou non, vérifiera si la voiture est « matching numbers » , passera en revue son éventuel palmarès et déjouera le piège ultime dans le cas d’une pièce d’exception : celui de la réplique. De quoi vous éviter de lever la main pour une enchère dépassant déjà la vraie valeur de la voiture. « En même temps, la vraie valeur d’une voiture est celle que l’acheteur est prêt à dépenser selon son envie et sa passion », conclut JM Brabant. En effet, quand on aime, on ne compte pas…