Alpina B7 Biturbo

Alpina B7 Biturbo

Limousine super-sport

Alpina B7 Biturbo

Alpina et BMW entretiennent une relation tout à fait à part dans le monde automobile. Bien que les deux entreprises soient totalement indépendantes l’une de l’autre – ce à quoi tient beaucoup Alpina – toutes deux collaborent étroitement depuis plus de 50 ans. Ainsi, les solutions techniques développées par Alpina sont montées directement sur les chaînes d’assemblage des usines BMW, où les modèles Alpina sont construits parallèlement aux BMW traditionnelles. Cette B7 ne fait évidemment pas exception à la règle, raison pour laquelle elle apparaît dans une version revue et corrigée, quelques mois seulement après la Série 7 dont elle dérive.

 Le V8 4.4l pousse comme jamais, non seulement parce que sa puissance a été portée à 608 chevaux, mais aussi parce que son couple atteint ici 800 Nm.

L’exception

Et les modifications n’ont évidemment pas manqué. Améliorations visuelles tout d’abord, avec des boucliers, bas de caisse, échappements exclusifs ; sans oublier le petit becquet sur la malle et le lettrage Alpina dans la lèvre avant, signature du constructeur. Le travail est aussi remarquable à bord, où le logo sur le volant est loin d’être la seule exclusivité. Tout l’habitacle a été habillé spécifiquement d’un cuir à croisillons surpiqué, blanc et bleu sur notre modèle d’essai. Et puis il y a tous les détails qui font une Alpina : seuils de portes éclairés spécifiques, badge sur la console centrale, logos discrets disséminés un peu partout. Bref, l’exception par rapport à une BMW est bien palpable.

Alpina B7 Biturbo

Sport feutré

Le V8 4.4l pousse comme jamais, non seulement parce que sa puissance a été portée à 608 chevaux, mais aussi parce que son couple atteint ici 800 Nm. La virulence du démarrage est donc surprenante pour une telle berline, capable d’expédier ses 2,2 tonnes à 100 km/h en 3,6 secondes ! La vitesse de pointe est quant à elle fixée à 330 km/h, et la suspension pilotée se réduit automatiquement de 15 mm à partir de 230 km/h pour plus de stabilité. Vous l’aurez compris, cette B7 est donc une Série 7 pour patrons qui aiment aussi conduire leur voiture. C’est ainsi qu’Alpina l’a voulue : une routière luxueuse et ultra-confortable pour la semaine ; une vraie GT pour le week-end. Le constructeur nous a d’ailleurs emmenés faire quelques tours de piste à son volant pour nous en convaincre. Mode Sport+ (inexistant chez BMW) activé, la limousine s’en trouve transfigurée. Certes son agilité n’est pas celle d’un coupé, mais ses prestations au regard de ses dimensions sont hallucinantes.

Contrairement à nos craintes, l’auto freine bien, même après plusieurs répétitions, fait preuve d’une excellente stabilité au freinage et vire sur des rails sans aucun sous- (ou sur-) virage. La transmission intégrale remplit parfaitement son œuvre, bien secondée par l’essieu arrière directionnel recalibré pour pivoter selon un angle de 3°, soit 0,5° de plus que chez BMW. Cette B7 est impressionnante, et devrait être finalement un peu moins chère que la Mercedes S63 AMG, sa principale concurrente : un peu plus de 157.000 € chez nous. 

Retour haut de page