ALFA ROMEO

Les femmes d’Alfa

Pour célébrer la « Journée internationale de la Femme » le 8 mars dernier, Alfa Romeo a rendu hommage aux pilotes de course féminines qui se sont illustrées dans l’histoire de la marque. En Belgique, c’est Christine Beckers qui a été mise à l’honneur.

Les années 1960 étaient l’époque de l’Alfa Romeo Giulia Sprint GTA. Ses résultats, ses victoires et son importance dans l’histoire d’Alfa Romeo sont bien connus. Moins connus, cependant, sont les événements de l’Alfa Romeo GTA-SA (suralimentée). Préparé en dix unités pour le groupe 5, ce modèle était équipé de deux compresseurs centrifuges à commande hydraulique qui augmentaient la puissance à 220 chevaux, ce qui se traduisait par une vitesse de pointe de 240 km/h. Il a atteint des performances optimales, mais comme l’a expliqué le pilote d’essai historique d’Autodelta Teodoro Zeccoli, la GTA-SA avait « une augmentation imprévisible de la puissance qui se déclenchait soudainement sans préavis, faisant de la SA un véhicule imprévisible, difficile à maîtriser dans les courbes ou lors des manœuvres ».

« Pilotessa belga »

La jeune pilote belge Christine Beckers, qui a gagné à Houyet en 1968 et obtenu d’excellents résultats l’année suivante, a su mieux que quiconque dompter la mauvaise humeur de ce véhicule: au Condroz, au « Trois-Ponts », à Herbeumont et à Zandvoort. « Je me souviens avec beaucoup d’émotion et d’enthousiasme mes années de compétition automobile. Nous pratiquions tous ce sport avec beaucoup de passion et d’innocence ! » Celle qui se définit aujourd’hui et avec beaucoup d’humour comme une « pilotessa belga de l’ancien temps » aime se souvenir de ces moments : « J’apprécie beaucoup la remarque de mon co-équiper et ami Zeccoli au sujet de la GTA-SA ! C’était vraiment un monstre automobile qu’il fallait dompter ! Mais, bon, j’y suis arrivée ! »

Alfa Romeo South Africa

Christine Beckers n’a pas uniquement piloté ce modèle. Elle se souvient : « J’ai également piloté la 33/2 en Angola. Pour Alfa Romeo South Africa, j’ai aussi conduit la GTV pour prendre part à quatre courses de la Spingbok Series, avec le pilote de F1 Basil Van Rooyen. Nous avons gagné la classe au Mozambique, à Cape Towm et en Rhodésie, où j’ai eu l’honneur de dîner en compagnie du Président de la République ! » Toujours aussi passionnée de belles mécaniques, Christine Beckers s’adonne toujours – dès que les circonstances sanitaires le permettront – au pilotage automobile lors de manifestations internationales.

Par Frédéric De Backer

Retour haut de page