Aston-Martin DBX – Never Say Never

Il n’y a pas si longtemps, rares auraient été les bookmakers à miser le moindre penny sur les chances de réussite d’un « gros 4×4 » Aston-Martin. Pourtant, ils ont osé.

Bien qu’on « commence à en voir »  –  surtout à Knokke, devant le Casino à Monte-Carlo ou dans le quartier de Belgravia à Londres –  une DBX reste suffisamment rare et exclusive pour qu’on lui prête toute l’attention due à son rang. Aristocrate, elle l’est déjà par son nom prestigieux, mais c’est plus subtil que cela. Malgré ses dimensions généreuses, elle se révèle élancée et élégante, plus proche dans l’âme d’une Maserati Levante que d’une Porsche Cayenne ou d’une Lamborghini Urus qui préfère se parer d’un blazer Versace plutôt que d’un trois-pièces acheté Oxford Street…

Sport et cocooning

A l’intérieur aussi, la DBX joue sa propre partition stylistique : un mix assez réussi entre un confort « à l’anglaise » et une ambiance suffisamment « sportive » pour que les passagers aient toujours à l’esprit de voyager à bord d’un engin de 550 chevaux. Pour souligner cette vocation sportive, les dossiers des sièges avant sont « intégraux » et offrent un bon maintien. L’assise, elle, mériterait quelques centimètres supplémentaires en longueur. Il n’empêche : on se sent bien à bord de cette Aston, et les nombreuses positions de réglages permettent de trouver la position de conduite qui répondra le mieux à votre état d’esprit du moment…

Double personnalité

Alors, Dr Jekyll ou Mr Hyde ? Quitte à gâcher un peu le suspense, autant le dire de suite : la DBX mériterait une standing ovation à Covent Garden, tant elle maîtrise ces deux rôles à la perfection! Pour s’en rendre compte, il suffit de jongler entre les différents modes de conduite (GT, sport et sport+) qui agissent aussi bien sur la « disponibilité » et la vigueur du V8 biturbo que sur les lois d’amortissement de la suspension pneumatique. Bien entendu, les clapets de l’échappement ne sont pas en reste… faisant passer le ton grave du ralenti à un grognement puissant au fur et à mesure que le régime moteur augmente. Sans oublier le fameux « coup de fusil » à chaque changement de rapport lorsque le moteur est en pleine charge !

Vu la santé du groupe propulseur (d’origine AMG, une référence en matière de V8 survitaminés) et la qualité des trains roulants, le plaisir de conduite est vraiment jouissif, a fortiori si l’on tient compte du gabarit et du poids de la « bête ». Compensée par un système électrique, la prise de roulis est limitée, ce qui augmente d’autant la précision de passage dans les courbes.

Aston Martin DBX Technical Specifications

Engine: V8, twinturbo, petrol, 4.000cc; 550 hp @ 6.500 rpm; 700 Nm @ 2.200-5.000 rpm

Transmission: all wheels

Gearbox: auto 9 speed

L/w/h (mm) : 5.039/2.050/1.680

Dry weight (kg) : 2.245

Top Speed (km/h) : 291

0 to 100 km/h (sec.) : 4,5

Boot capacity (l) : 632

Tank capacity (l) : 85

Fuel consumption (l/100 km) : 14,3

CO2 (g/km) : 269

Price (€): from 197.000

Alain Rousseau
Retour haut de page